La pollution, cause d'eczéma? | Blog Noxidoxi

La pollution, cause d’eczéma?

De la même manière que peut l’être l’asthme ou le rhumes des foins ; l’eczéma est, en partie, une maladie génétique. Si vos parents ont l’eczéma, vous serez beaucoup plus susceptible d’avoir une peau atopique. Toutefois, certains facteurs environnementaux peuvent également affecter, voire aggraver, l’eczéma. Nous vous proposons ici un petit tour d’horizon des facteurs aggravants de l’eczéma.

Qu’est-ce que l’eczéma ?

L’eczéma est une dermatose prurigineuse caractérisée par une inflammation non contagieuse de la peau. Elle s’accompagne de rougeurs et de démangeaisons. Cette maladie de peau peut commencer très jeune, et s’observe même chez les nourrissons. Les personnes atteintes connaissent des périodes communément appelées « poussées d’eczéma », durant lesquelles les symptômes s’aggravent. Ces poussées, de durée variable, sont entrecoupées de périodes de rémission. Le mécanisme de l’eczéma reste encore incompris, puisqu’il toucherait à la fois le système immunitaire et les cellules de la peau qui servent de bouclier contre les allergènes.

 

Depuis les années 2000, les dermatologues du monde entier constatent une augmentation du nombre de personnes touchées par l’eczéma, en particulier dans les régions riches et développées. Bien que la raison exacte de cette augmentation ne soit pas claire, de nombreux chercheurs pensent que l’exposition à certains produits chimiques dans l’environnement, en serait une des causes majeures.
Les polluants atmosphériques sont des produits chimiques provenant des environnements intérieurs et extérieurs qui peuvent se lier et ainsi pénétrer la peau. Dès cet instant, ils seraient capables d’atteindre la plus profonde couche de l’épiderme et entrer dans la circulation sanguine. Une partie conséquente du traitement de l’eczéma consiste ainsi à réduire l’exposition à des déclencheurs environnementaux nocifs qui peuvent enflammer l’eczéma.

Quels sont les facteurs aggravants?

Étonnamment, le nombre d’études sur la corrélation entre la pollution atmosphérique et l’eczéma reste assez faible. Toutefois, celles qui ont été menées montrent que plus le niveau de pollution est accru, plus le risque d’eczéma est présent. Les recherches conduites en 2014, par le docteur Kangmo Ahn, démontrent que la pollution est à son plus haut taux dans les zones urbaines densément peuplées en raison des émanations des véhicules et de la fumée d’usines de production, par exemple. En parallèle, les taux d’eczéma sont plus faibles dans les environnements ruraux que dans les communautés urbaines.

La pollution intérieure

Il existe de nombreuses sources de pollution intérieure, comme les produits chimiques dans les peintures, les revêtements de sol, les solutions de nettoyage, la climatisation et le chauffage, et les poêles à combustion. Des études ont fait apparaître le lien entre pollution intérieure et dermatite atopique :

  • Les activités de réaménagements et de travaux de la maison, comme le changement de revêtement de sol, le papier peint et la peinture des murs, sont associées à une aggravation aiguë de l’eczéma chez les enfants.
  • De plus, le déménagement dans une maison nouvellement construite avant que l’enfant n’atteigne l’âge d’un an est un facteur de risque d’eczéma chez les enfants d’âge primaire et intermédiaire. De plus, les enfants qui vivent dans des maisons, et surtout des chambres à coucher, où la ventilation de l’air est plus faible sont plus susceptibles de développer l’eczéma.

La pollution extérieure

Les principaux polluants extérieurs sont le monoxyde de carbone, le dioxyde d’azote et le dioxyde de soufre. Ils peuvent provenir à la fois de la poussière, des volcans et des feux de forêt, mais aussi des déchets industriels et mécaniques provenant des automobiles, des usines et des centrales électriques. Des chercheurs Taïwanais ont ainsi découvert que la pollution routière augmentait considérablement le risque d’eczéma.

En Corée du Sud, les enfants scolarisés ont tendance à signaler des démangeaisons plus intenses lorsque les niveaux de pollution atmosphérique extérieure sont élevés. En Allemagne, le taux d’eczéma infantile est plus élevé chez ceux qui vivent à moins de 50 mètres des principaux axes routiers à forte circulation. Les chercheurs ont ainsi pu théoriser que le niveau de polluants toxiques, provenant des automobiles, joue un rôle dans l’apparition et l’aggravation de l’eczéma.

Les effets sur la peau

Les chercheurs estiment que ces risques d’apparition et d’aggravation de l’eczéma peuvent être causés par des niveaux élevés de composés organiques volatiles, présents dans les polluants atmosphériques. En entrant en contact avec la peau, ils déclenchent une inflammation cutanée et endommagent la barrière protectrice naturelle de la peau. L’eau s’évapore alors en plus grande quantité, ce qui cause sécheresse et déshydratation. L’eczéma s’aggrave.

En adoptant un mode vie plus responsable, vous serez capable de soulager votre corps et la planète. La meilleure façon de garder votre eczéma sous contrôle, reste toutefois d’utiliser des soins naturels, spécifiquement formulés pour les peaux atopiques.

Venez à la rencontre d’Esther, qui a 18 ans souffre d’eczéma, depuis son plus jeune âge. Elle a souhaité tester les produits NOXIDOXI pendant le confinement au mois d’Avril. Son interview est juste ici!

 

« Protégez-vous de la pollution »

Prenez soin de votre peau et de la planète en optant pour des cosmétiques brevetés innovants, durablement efficaces, engagés dans une démarche éco-responsable, cruelty free et 100% Made In France !

« Engageons-nous contre la pollution »

Rejoignez la Communauté NOXIDOXI et inventons ensemble la gamme Cosmétique Antipollution de demain pour une innovation responsable au service de nos valeurs communes et de notre engagement pour le futur.