Que faire pour réduire la pollution de l’air intérieur ?

Nous avons souvent tendance à penser que l’air extérieur et l’air intérieur ne sont pas pollués de la même manière. Et c’est exact, mais pas nécessaire comme vous pouvez le penser. En effet, certains polluants sont uniquement présents dans vos logements. Ajoutons à cela la concentration de certains polluants pouvant être jusqu’à 15 fois plus important à l’intérieur qu’à l’extérieur. Cela vous donne envie d’agir sur la pollution intérieure chez vous ? Vous serez intéressés par nos conseils dans ce cas.

 

Identifiez les sources de pollution

 

Avant toute chose, il est fondamental d’identifier les sources principales de pollution chez soi. Cela peut-être plusieurs choses : votre région, vos produits d’entretien ou votre mobilier. Le plus efficace reste l’identification des sources de pollution dans votre logement afin d’intervenir le plus efficacement possible. Posez-vous plusieurs questions pour vous aider à les identifier. Par exemple : 

  • Fumez-vous à l’intérieur ? 
  • Habitez-vous dans une zone à forte concentration de radon comme l’Auvergne, le Limousin, la Corse ou la Bretagne… ? 
  • Bricolez-vous à votre domicile ? 
  • Avez-vous des animaux domestiques ? 
  • Avez-vous de la moquettes ou des tapis ? 
  • Quels produits d’entretiens utilisez-vous ? 
  • Constatez-vous que vos fenêtres sont souvent couvertes de buée ? 
  • Possédez-vous des appareils à combustion pour le chauffage ou l’eau chaude ?

Ces quelques questions vous aideront à détecter les sources de pollution chez vous et ainsi trouver des solutions plus respectueuse de votre intérieur. 

 

Aérez votre intérieur !

De ce constat, on réalise que nous ne sommes pas protégés dans notre intérieur. Oui, la pollution intérieure existe bel et bien. 

Nous vous conseillons d’aérer 10 minutes par jours en hiver comme en été. Aérer chaque jour plusieurs minutes permet de renouveler l’air intérieur de votre logement et donc de réduire la concentration des polluants. Néanmoins, il est impératif d’adapter l’aération de votre lieu de vie en fonction de vos activités.Par exemple, les jours de bricolage, ménage, travaux, etc, veillez à aérer également pendant et après ses activités . Ainsi, cela limite la concentration d’éléments polluants chez vous. Sachez toutefois que aérer ne permet pas l’élimination de la pollution mais uniquement sa dilution. 

Nous vous alertons également sur le fait de baisser au minimum les appareils de chauffage à proximité des fenêtres afin de ne pas dépenser de l’énergie inutilement.

 

Ventilez

Pour assurer une bonne circulation générale et permanente de l’air, il faut impérativement ventiler. 

La ventilation de votre intérieur peut-être aussi bien naturelle que mécanique avec des systèmes de VMC qui permettent vraiment un renouvellement automatique de l’air, en continu. 

Pour que votre ventilation soit efficace, ne bouchez pas les entrées d’air ou les bouches d’extraction. ne mettez donc pas de meubles ou de revêtement au niveau de l’entrée. Il faut également bien les entretenir en les dépoussiérant fréquemment et en faisant vérifier votre VMC tous les 3 ans par un spécialiste.

 

Les plantes dépolluantes

Si aérer et ventiler permettent d’alléger la concentration de pollution chez vous, elle n’est pas éliminée pour autant. Pour lutter contre la présence de substance toxiques volatiles chez vous, vous pouvez également parer votre maison de plantes dépolluantes. Leurs vertus ne sont plus à prouver. Les plantes absorbent par leurs feuilles les polluants comme le xylène, l’ammoniac ou le benzène.Une fois absorbés, ils seront filtrés et digérés par les racines de la plante. Elle se chargera en fait de les convertir en produits parfaitement sains avec lesquels elle se nourrira en prime. Nous vous conseillons plusieurs types de plantes dépolluantes comme l’Aglaonema, l’anthurium, le philodendron ou encore la lierre. 

 

La pollution de l’air est bien souvent assimilée à l’air extérieur et nous avons l’impression d’être protégés chez nous mais ce n’est pas du tout le cas, au contraire. Néanmoins, ce n’est pas une fatalité. Vous êtes tout à fait en mesure de limiter la concentration de substances toxiques chez vous. Il est donc important de veiller à garder l’air chez soi le plus sain possible.