Impact et effet de la pollution sur la peau | Blog Noxidoxi

Jusqu’où pénètre la pollution dans la peau ?

S’il est connu que la pollution pénètre par les voies respiratoires pour atteindre l’organisme, nous savons moins que la peau constitue, elle aussi, une porte d’entrée pour les agents toxiques.
Teint terne, vieillissement cutané et réactions inflammatoires ne sont que quelques-unes des conséquences visibles des méfaits de la pollution sur la peau.
Pour se protéger efficacement des agents polluants, il convient de comprendre comment ces derniers parviennent à passer au travers du bouclier protecteur que constitue l’épiderme.

Quelle est la structure de la peau ?

La peau est constituée de trois couches structurelles : l’épiderme, le derme et l’hypoderme.

En contact direct avec l’extérieur, l’épiderme est la couche la plus superficielle de la peau.
Il a pour fonction de former une triple barrière physique entre l’organisme et l’environnement extérieur.
L’épiderme fait ainsi office de :

    • barrière imperméable grâce à sa couche cornée qui se compose de kératinocytes
    • barrière contre le soleil grâce aux mélanocytes
    • barrière immunologique grâce au réseau formé par les cellules de langherans

Sous l’épiderme, se trouve le derme qui joue un rôle structurel pour la peau.
Composé majoritairement d’eau, ce tissu conjonctif contient des fibroblastes, des histiocytes et des mastocytes, des cellules indispensables à la production du collagènes et de l’élastine, ainsi qu’aux défenses immunitaires de la peau.

La couche la plus profonde de la peau est l’hypoderme.
Véritable réserve de graisse pour la peau, ce tissu adipeux joue un rôle énergétique tout en réduisant les pertes thermiques de l’organisme. Il fait également office d’amortisseur entre les os et le derme qui abrite un large réseau vasculaire ainsi que de nombreuses terminaisons nerveuses.

Comment la pollution pénètre-t-elle dans la peau ?

La peau est le plus grand organe du corps humain, elle représente environ 16% de son poids total.
Sa principale fonction consiste à faire barrière entre l’organisme et l’environnement extérieur en limitant la perte d’eau tout en empêchant la pénétration des micro-organismes, des rayons UV, des toxines et autres substances nocives. Mais au contact de la pollution, le rôle protecteur de la peau s’altère, occasionnant de nombreux désordres cutanés et organiques.

En effet, la pollution ne se contente pas de se déposer sur l’épiderme. Les particules les plus fines peuvent être jusqu’à 20 fois plus petites que la taille d’un pore et s’infiltrer facilement dans l’épiderme. Au contact des UV, elles induisent un stress oxydatif au niveau de la couche cornée et affaiblissent le film hydrolipidique de la peau. Ce dernier ne peut plus jouer son rôle protecteur et laisse entrer les agents irritants dans les couches cutanées les plus profondes.

Après avoir traversé l’épiderme, certains agents polluants peuvent pénétrer dans la circulation sanguine via les vaisseaux du derme. De plus, en fragilisant le derme, les particules polluantes laissent s’échapper l’eau de la peau et entraînent ainsi une déshydratation cutanée. Elles affaiblissent les fibroblastes ainsi que les défenses immunitaires de la peau qui perd peu à peu de sa fermeté et de son élasticité. Enfin, certaines molécules, solubles dans l’eau et dans la graisse, parviennent à traverser à la fois le derme et l’hypoderme pour être métabolisée par l’organisme.

Quels sont les effets visibles et invisibles de la pollution sur la peau ?

Les agents polluants tels que l’azote, le soufre ou encore les phtalates engendrent des radicaux libres qui occasionnent une oxydation excessive des cellules cutanées. Ce stress oxydatif entraîne à son tour une réaction de défense de la part de l’épiderme qui se traduit par un état inflammatoire.

Les signes de cette réaction inflammatoire se manifestent notamment par :

    • des pores dilatés, des points noirs, des taches pigmentaires et autres irrégularités du teint
    • une sécheresse cutanée
    • une perte de fermeté et d’élasticité de la peau
    • l’apparition de rides et de ridules
    • une sensibilité cutanée accrue, pouvant se traduire par de l’eczéma, de l’acné ou des rougeurs

Si la pollution est responsable du vieillissement prématuré de la peau, elle est également source de déséquilibres au niveau de l’organisme. En effet, l’épiderme n’est pas imperméable aux perturbateurs endocriniens tels que les phtalates. Ces derniers interfèrent avec les hormones pour perturber le fonctionnement de l’appareil reproducteur, des défenses immunitaires, ou encore du système nerveux central.

« Protégez-vous de la pollution »

Prenez soin de votre peau et de la planète en optant pour des cosmétiques brevetés innovants, durablement efficaces, engagés dans une démarche éco-responsable, cruelty free et 100% Made In France !

« Engageons-nous contre la pollution »

Rejoignez la Communauté NOXIDOXI et inventons ensemble la gamme Cosmétique Antipollution de demain pour une innovation responsable au service de nos valeurs communes et de notre engagement pour le futur.